Catégorie : Périodes historiques

  • Progrès et limites de la liberté de penser en Europe du XVIe au XVIIIe siècle

    Progrès et limites de la liberté de penser en Europe du XVIe au XVIIIe siècle

    Depuis le XIXe siècle, les intellectuels occidentaux étudient le développement de l’individualisation, par opposition à une primauté de la société sur les personnes qui la composent. Probablement que les idéalisations de l’individu ainsi que les tensions politiques liées aux socialismes et aux conservatismes ont contribué à privilégier cet angle d’analyse. Nous allons nous intéresser ici…

  • Une expérience non intuitive sur l’intuition

    Une expérience non intuitive sur l’intuition

    Après L. J. Cohen (1981), G. Gigerenzer (1991) critique les hypothèses normatives de D. Kahneman et A. Tversky qu’il estime « aveugles au contenu ». Il axe son argumentation sur l’interprétation des probabilités1, défendant une position fréquentiste, par opposition au bayésianisme, et il évoque plus spécialement trois biais : l’excès de confiance, l’erreur de conjonction et l’ignorance du…

  • Critique des hypothèses normatives de D. Kahneman et A. Tversky par L. J. Cohen

    Critique des hypothèses normatives de D. Kahneman et A. Tversky par L. J. Cohen

    Dans le dernier instantané, nous avons présenté l’intuition dans une perspective philosophique et dans le cadre du programme de recherche initié par Daniel Kahneman et Amos Tversky sur les heuristiques et biais. Ce programme constitue une approche de l’intuition parmi d’autres en sciences, mais une approche remarquable en ce qu’elle a contribué à démystifier une…

  • La philosophie de David Hume, aux sources de la rationalité économique classique

    La philosophie de David Hume, aux sources de la rationalité économique classique

    Le sociologue Pierre Demeulenaere, dans un essai publié en 1996, étudie la formation historique du paradigme d’homo œconomicus en commençant par s’intéresser à la philosophie de David Hume : « À vrai dire, et curieusement, son influence n’est pas directe, puisqu’il n’est que rarement cité par les auteurs non contemporains comme point d’appui direct de…

  • La logique d’Emmanuel Kant contre la psychologie de David Hume

    La logique d’Emmanuel Kant contre la psychologie de David Hume

    Les philosophies de David Hume et d’Emmanuel Kant récapitulent par bien des aspects les Lumières, notamment parce qu’elles ont été conçues dans un esprit de systématisation des connaissances. Elles synthétisent entre autres l’antagonisme entre les conceptions monistes et les conceptions dualistes. Étant donné leur ampleur, il ne saurait être question de développer exhaustivement leurs facettes…

  • La philosophie technico-naturelle et critique de Francis Bacon

    La philosophie technico-naturelle et critique de Francis Bacon

    Après nous être intéressés au tournant technico-moral des philosophies hellénistiques, enjambons mille cinq cents ans pour nous pencher sur l’approche épistémologique de Francis Bacon, penseur emblématique de l’entrée dans l’époque moderne. Davantage que dans les articles précédents, nous laisserons autant que possible de côté les aspects religieux et métaphysiques pour nous focaliser sur les éléments…

  • Philosopher pour se transformer : le tournant technico-moral du cynisme, de l’épicurisme et du stoïcisme

    Philosopher pour se transformer : le tournant technico-moral du cynisme, de l’épicurisme et du stoïcisme

    Durant la seconde moitié du XXe siècle, les travaux de Pierre Hadot et de Michel Foucault ont valorisé les aspects pratiques des philosophies antiques à partir de Socrate. Le premier s’est intéressé de manière générale à la philosophie comme mode de vie ou art de vivre, et plus spécialement aux exercices spirituels qui accompagnent une…

  • La représentation selon Aristote : entre sensation et réflexion

    La représentation selon Aristote : entre sensation et réflexion

    Dans son traité De l’âme, Aristote attribue à celle-ci cinq facultés ou fonctions : nutrition, sensation, représentation, réflexion et motricité. Pour la première fois dans l’histoire de la philosophie, la représentation (phantasia), ou imagination, « est reconnue et étudiée dans sa nature et dans sa fonction1. » Considérée comme une passion, elle n’est pas la sensation parce qu’elle…

  • « Ce qui dépend de nous » : les conceptualisations d’Aristote, de Chrysippe et d’Épictète

    « Ce qui dépend de nous » : les conceptualisations d’Aristote, de Chrysippe et d’Épictète

    Dans l’instantané précédent, nous avons vu que les discussions au sujet du caractère volontaire ou non des actions humaines apparaissent dans un contexte de sécularisation judiciaire. Aristote n’emploie pas alors précisément le terme de volonté, il a recours à quatre notions non unifiées conceptuellement1 : ‘ce qui dépend de nous’ (eph hêmin) ou ce qui est…

  • Désespoir, attitude critique et aliénation dans le scepticisme antique

    Désespoir, attitude critique et aliénation dans le scepticisme antique

    Contrairement à Descartes qui, en préambule de ses investigations philosophiques, doute délibérément de ce qu’il a appris et du monde extérieur, le sceptique antique aboutit à la suspension du jugement après avoir longuement cherché la vérité comme moyen d’atteindre la tranquillité (ataraxie). Les réflexions du second consistent, selon Sextus Empiricus, à « mettre face à…